Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

voice of africaVoice of Africa Radio reçoit Seth Koko le 11 mai 2010

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 11:58

Cote-divoire-drapeauLe coût de la vie en Côte d’Ivoire devient étouffant pour les Ivoiriens qui peinent de plus en plus à satisfaire leurs besoins, mêmes les plus élémentaires. La hausse effrénée du prix du carburant a occasionné de facto une inflation sans cesse galopante sur les marchés, en rajoutant ainsi à la misère des populations déjà meurtries par plus d’une décennie de crise sociopolitique persistante.

 

Chaque fois que la question est évoquée, on a rejeté la faute à la fluctuation du coût du dollar, et par extension du baril de pétrole sur le marché mondial. Mais, des révélations faites par un expert sur la composition du tarif du carburant, de nombreuses taxes entrant en ligne de compte sont à la base de l’asphyxie des populations.

En dehors des impositions standards, en effet, 4 autres taxes instituées par l’Etat contribuent à faire grimper les tarifs de mise en consommation des produits pétroliers. Alors que tous les automobilistes payent la vignette touristique, dont les fonds recueillis devraient être destinés à l’entretien des routes, l’Etat a inséré dans le prix du carburant un fonds pour l’entretien routier dit le FER.

 Une contribution supplémentaire imposée aux usagers, et au-delà d’eux, à l’ensemble de la population qui en subit les conséquences. Dans le même schéma, l’on a la taxe dite pour la dotation de l’armée qui, pendant la guerre, aurait pris du carburant à la Société ivoirienne de raffinage (SIR) sans payer.

Cette dette, ajoutée à la facture des automobilistes, s’élèverait à des milliards non encore apurés. Les clients des stations-service payent également à la SIR, vendeuse elle-même du carburant, une redevance servant à rembourser une dette d’une quarantaine de milliards que cette entreprise, en difficulté, il y a quelques mois, a contractée auprès d’une banque de la place pour sa relève.

La 4ème taxe, qui parait la plus absurde, si l’on en croit la source qui nous a livré les informations, c’est celle perçue pour la construction du 3ème pont devant relier la commune de Marcory au quartier Riviera, dans la commune de Cocody. Initialement, ce pont avait été annoncé pour être construit par un opérateur privé. Lequel procéderait à sa gestion pour récupérer ses fonds avant de le rétrocéder à l’Etat.

Telle que prévue, l’élaboration de ce monument ne devrait constituer une charge pour le contribuable ivoirien. A part la dette de la SIR reversée directement à la banque prêteuse, l’argent de ces taxes perçues, comme par enchantement, est versé à la Banque nationale d’investissement (BNI), une structure privée, au lieu du Trésor, comme cela se devrait.

Qu’à cela ne tienne. Mais, selon nos sources, si l’Etat consent à un sacrifice, relativement à ces surtaxes, à la vérité la Côte d’Ivoire ne devrait point en pâtir. Mieux, ce sont les automobilistes, et par ricochet les populations, qui gagneraient par une baisse sensible du prix du carburant.

Le Super, notamment, pourrait se vendre à 500 F CFA et le Gasoil à 400 F CFA, à un niveau de coût plus bas que ceux appliqués dans des pays voisins du nord qui, contrairement aux Ivoiriens, ne produisent pas de pétrole. Voilà, qui devait interpeller les dirigeants vers qui les regards des transporteurs, des automobilistes en général et surtout des populations de plus en plus affamées, sont tournés. Vivement que les cris de ces affamés parviennent à des oreilles attentives.

 

 

Source : L'inter  

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans flash news
commenter cet article

commentaires