Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

voice of africaVoice of Africa Radio reçoit Seth Koko le 11 mai 2010

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 11:19

Les populations du quartier Abattoir dans la commune de Port-Bouët, se sont opposées hier mardi 4 mai 2010 au déguerpissement et à la destruction de plusieurs maisons dans leur quartier.

 

Des jets de pierres et de bois, des courses- poursuites, des injures et des bastonnades, mais aussi des grenades lacrymogènes avaient lieu partout. C’est le décor que montrait ce quartier aux environs de 10h48, quand notre équipe de reportage arrivait sur les lieux. Un important détachement du Centre de commandement des opérations de sécurité (CECOS) tentait de disperser des jeunes qui s’opposaient à la « destruction de leur quartier ».

Le premier dispositif du CECOS que nous rencontrons nous demande de quitter les lieux pour notre propre sécurité. Et pour cause, « certains des manifestants ont tiré avec des fusils de calibre 12 ». Visiblement très énervés, les éléments du CECOS, des gendarmes commandos pour la plupart, donnaient des coups de matraque à tous ceux qui tentaient de franchir leur dispositif. L’on pouvait également voir des blessés que des jeunes transportaient à une infirmerie non loin du « champ de bataille ». Selon des témoignages recueillis auprès de quelques riverains, une dame, riche, voudrait raser « 11.000 m² de terrain allant du carrefour Akwaba jusqu’à la lagune » pour y construire une cité.

La dame en question, qui a requis l’anonymat, possède une cité déjà habitée dans le quartier qu’elle voudrait agrandir. Mais pour un proche de cette dame que nous avons rencontré dans la soirée d’hier, cette action de déguerpissement concerne seulement 5 villas construites sur un terrain appartenant à la dame et situées juste derrière sa cité dénommée ‘’La cour du blanc’’. A l’en croire, cela fait 10 ans que les familles vivant dans ces villas ont été informées qu’elles doivent partir de là. Un premier groupe serait même parti des lieux.

Et hier, quand l’huissier, Me Odré Jean-Raphaël, s’est rendu sur le terrain pour procéder avec la force publique au déguerpissement, une rumeur -certains affirment qu’il s’agit plutôt d’intoxication- annonçant la destruction de tout l’Abattoir de Port-Bouët et les maisons environnantes, s’est emparée dudit quartier. Il s’en est suivi des affrontements sanglants entre le CECOS et des riverains. Il a fallu une médiation de l’ambassadeur de la paix, Emile Kima, pour appeler les populations au calme. Etant entendu qu’elles sont essentiellement composées de communautés maliennes, burkinabé et guinéennes.

En tout cas, selon une source proche de la gendarmerie nationale, un ratissage a même été ordonné. Mais notons que tous ceux qui avaient pris part aux affrontements et qui étaient tombés dans les mailles de la gendarmerie, ont été libérés. Emile Kima devrait, sauf changement de dernière minute, rencontrer ces communautés aujourd’hui mercredi 5 mai 2010 pour les sensibiliser à la nécessité de ne pas privilégier la violence comme moyen de revendication.

 

 

Source : L'inter

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans Droits de l'homme
commenter cet article

commentaires