Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

voice of africaVoice of Africa Radio reçoit Seth Koko le 11 mai 2010

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 14:56

FRCI A YOPLe rapport rendu public vendredi dernier par Amnesty International, qui fait état de 200 cas de détentions arbitraires et qui évoque des cas de torture dans le pays, a fortement irrité les autorités. Ces dernières ont fait part de leur surprise. Mais d’autres voix que celles d’Amnesty avaient tiré la sonnette d’alarme bien avant le mois d’août.

La Commission dialogue vérité et réconciliation (CDVR) avait mis en garde le pouvoir, au mois de juin dernier, contre les arrestations et les enlèvements qui visaient les membres de la galaxie patriotique, partisans de l’ex-président Laurent Gbagbo.

La CDVR demandait juste l’application de la loi en matière d’arrestations. Mais depuis la série d’attaques commencée en août et visant les commissariats de police, les brigades de gendarmerie et les casernes des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), plusieurs personnes ont été détenues dans des camps militaires.

Les FRCI se sont mises à exercer des fonctions dévolues à la police et à la gendarmerie, comme l’exprime le chef de la division des droits de l’homme de la mission onusienne en Côte d’Ivoire (Onuci), Eugène Nindorera. « Dans la mesure où on essaie d’aller dans un Etat de droit, il faut dire et faire ce que la loi dit de faire. Et dans le cas d’espèce, je pense que les FRCI sont actives sur le terrain dans des domaines qui ne sont pas de leur compétences. »


Le ministre ivoirien des Droits de l'homme et des Libertés publiques, Gnénéma Mamadou Coulibaly, s’est dit surpris après la publication du rapport d’Amnesty International. suite de l'article)))

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans SECURITE
commenter cet article

commentaires