Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

voice of africaVoice of Africa Radio reçoit Seth Koko le 11 mai 2010

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 22:16
Par Nicolas Falez

Du 3 au 28 mai, les pays membres du Traité de non-prolifération nucléaire se réunissent à l’ONU, à New York, pour la conférence d’examen de ce texte essentiel pour la sécurité mondiale. Organisée tous les cinq ans, cette réunion pourrait être dominée par la crise iranienne.

Le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et la conférence de 2010 en quatre questions et réponses :

A quoi sert le TNP ?

Conclu en 1968 et entré en vigueur en 1970, le TNP reconnaît les cinq pays ayant acquis la bombe atomique à cette date : Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, France et Chine. Le Traité interdit à d’autres pays de se doter de l’arme nucléaire. Et il interdit aux pays ayant la bombe d’aider d’autres Etats à se la procurer. En contrepartie, le TNP aide les pays qui le souhaitent à accéder à la technologie nucléaire civile.

Qui a signé le TNP ? Qui ne l’a pas signé ?

190 Etats ont signé le Traité. Trois pays ont refusé de le rejoindre et se sont dotés de l’arme atomique : Israël, Inde et Pakistan. Parmi les 190 signataires, un Etat a quitté le TNP et a fabriqué et testé des bombes atomiques : la Corée du Nord. Enfin, l’Iran est toujours membre du TNP mais fortement soupçonné de développer un programme nucléaire à vocation militaire, ce que Téhéran dément. 

Pourquoi Mahmoud Ahmadinejad vient-il à New York ?

« Nous ne devrions pas faire d'offres pour obtenir la confiance de l'Occident dans la mesure où l'Iran se conforme aux lois internationales et agit dans ce cadre », a déclaré le président iranien à son arrivée à New York. La stratégie de Téhéran est claire : soupçonné d’enrichir de l’uranium à des fins militaires, l’Iran a choisi de se défendre en attaquant. « Depuis quarante ans, les puissances nucléaires échappent à tout questionnement : pourquoi n'ont-elles pas détruit leurs armes ? », interroge l’ambassadeur d’Iran auprès de l’AIEA, Ali Asgar Soltanieh, qui propose d'instaurer un calendrier pour que d'ici à 2020-2025, toutes leurs armes nucléaires aient été détruites.

La présence de Mahmoud Ahmadinejad à l’ouverture de la conférence et l’attitude offensive de l’Iran devraient peser sur les débats. « La conférence risque de se diviser en deux », prédit Georges Le Guelte, spécialiste du nucléaire et auteur du livre Les Armes nucléaires, mythes et réalité (Actes Sud).

La conférence peut-elle s’achever sur un échec ?

Tous les cinq ans, les pays membres du Traité se réunissent pour l’examiner : il ne s’agit pas de réviser le texte, encore moins de le renégocier. L’enjeu de la conférence, c’est plutôt de réaffirmer les grands principes du TNP. En 2005, la précédente conférence s’est achevée sans déclaration finale, faute de consensus. Un scénario qui pourrait se rééditer en 2010, peut-être à propos d’un texte proposé par l’Egypte et qui prône un Moyen-Orient dénucléarisé. Dans une région où Israël refuse d’adhérer au Traité et où l’Iran l’enfreint, on imagine que les débats seront passionnés.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ARME NUCLEAIRE
commenter cet article

commentaires