Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

voice of africaVoice of Africa Radio reçoit Seth Koko le 11 mai 2010

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 16:40

Billon1L’exploitation abusive des forêts en Côte d’Ivoire a été dénoncée mercredi dernier au cours d’une conférence de presse animée par M Jean Louis Billon, le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire. Celui-ci a ouvertement accusé des ministres, sans les citer nommément, d’être à l’origine de ce pillage forestier organisé au détriment des générations futures, notamment dans la région du Hambol que constituent Niakara, Dabakala et Katiola.

« Nous avons été victimes de cette exploitation dans notre zone. J’ai vu des documents signés par des ministres qui ont autorisé l’exploitation forestière au-delà du 8ème parallèle. Ce qui n’est pas normal. Lorsque c’est un faux document, même signé par un ministre, moi je ne la respecte pas » a indiqué M Billon qui a officiellement annoncé qu’il ne briguera plus un autre mandat à la tête de cette institution consulaire. « Je ne me représenterai plus à l’élection du président de la Chambre de commerce et d’industrie. J’ai passé dix ans à la tête de la Chambre. Pour moi, c’est essentiel en termes d’action pour la sauvegarde de l’économie ivoirienne. J’ai travaillé en pleine crise ivoirienne. Après 10 ans, il faut passer à autre chose. Honnêtement, un mandat électif aussi exigeant nécessite une implication importante. De telle sorte que vous finissez 12 ans après moins performant. En démocratie, il est bon qu’il y ait des renouvellements. D’autres peuvent apporter leur nouvelle vision des choses, leur nouvelle façon de travailler. Je me suis battu pour que la jeunesse intègre la Chambre et il faut que ça continue » a affirmé à la presse M Jean Louis Billon qui a pratiquement survolé son bilan moral et financier. La priorité de son successeur sera a-t-il précisé de reconstituer les institutions consulaires par rapport au nouveau découpage. Mais sa sortie devant la presse était aussi et surtout pour annoncer sa candidature indépendante à l’élection prochaine du président du conseil régional du Hambol. Le président sortant de la Chambre qui a annoncé qu’il ne briguera plus également un autre mandat à la mairie de Dabakala a indiqué qu’il n’a pas peur de la boulimie des partis politiques, notamment du RDR qui veut arracher tous les postes électifs. « Si je suis élu, c’est de mettre en valeur les vastes superficies des bas-fonds, de booster la production de coton, de la noix de cajou, de lutter efficacement contre l’exploitation forestière. Ma priorité, c’est d’avoir une gestion économique et sociale de cette région avec des attributions fiscales précises. Ce qui me permettra d’orienter économiquement cette région. Lorsqu’il s’agit de gérer la commune, la région, c’est la compétence technique qui doit prévaloir. » a t-il précisé.
Charles Bédé

Notre Voie

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans environnement
commenter cet article

commentaires