Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

voice of africaVoice of Africa Radio reçoit Seth Koko le 11 mai 2010

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 11:09

Devant l'ampleur de l'affaire, le président de la République réfléchit à une réaction. Une intervention jugée nécessaire par plusieurs cadres du parti comme Jean-François Copé et Jean-Pierre Raffarin.

965689.jpg

Le président Nicolas Sarkozy "réfléchit à une intervention" afin de sortir de l'affaire Bettencourt dans laquelle le ministre du Travail Eric Woerth est empêtré, a-t-on appris mardi 6 juillet auprès de plusieurs membres de l'UMP. "Nicolas Sarkozy réfléchit", a-t-on poursuivi. "On est en train de frôler une crise de régime", a estimé l'une de ces sources.
Cela tombe bien, car plusieurs responsables de la majorité, comme le chef de file des députés, Jean-François Copé, et l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, plaident auprès du chef de l'Etat en faveur d'une telle intervention.

 

Il faut que le "président parle aux Français"

Ainsi Jean-François Copé, a jugé ce mardi sur France 2, qu'il fallait que Nicolas Sarkozy "parle aux Français" pour que "les choses soient remises en perspective" dans l'affaire Bettencourt où le ministre du Travail Eric Woerth est mis en cause. Comme on lui demandait si cette intervention devait avoir lieu avant le 14 juillet, il a répondu : "quand il le jugera utile, mais je crois que c'est important qu'il y ait ce message du président".

"On est dans une période où se multiplie une succession de faits, d'allégations, tout cela va dans tous les sens", a continué le chef de fil commentant les derniers rebondissements de l'affaire. "Il faut que maintenant on revienne à l'essentiel" face à la crise et "au moment où il faut prendre des décisions très lourdes", a-t-il souligné, citant la reforme des retraites, la baisse des dépenses publiques, le projet de loi anti-burqa.

"Je crois que c'est absolument indispensable maintenant que les choses soient remises en perspective", a insisté le député de Seine-et-Marne. Concernant les déclarations de l'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal, il a approuvé "le démenti catégorique" apporté par l'Elysée. "C'était très important de marquer tout de suite les choses et l'Elysée a bien fait de le faire", a-t-il jugé.

 

"Une commission nationale d'éthique gouvernementale"

Idem du côté de Jean-Pierre Raffarin. "Je pense que c'est utile que le président s'exprime très vite", a déclaré l'ancien Premier ministre sur Europe 1. Il estime que Nicolas Sarkozy doit penser à "préparer, à la date qui lui conviendra, un gouvernement resserré, un gouvernement expérimenté, un gouvernement qui respecte des règles d'éthique".
Selon le sénateur de la Vienne, "il serait utile d'avoir une commission nationale d'éthique gouvernementale qui définirait les moyens des ministres en termes de salaires, en termes de cabinets ministériels, en termes de moyens". Sur ce sujet "la droite et la gauche" doivent travailler ensemble avec "un groupe d'hommes responsables", a dit l'ancien chef de gouvernement.

 

Qu'il intervienne, "c'est la moindre des choses", juge-t-on aussi au PS

Le chef de file des députés PS Jean-Marc Ayrault a, de son côté, estimé que, face à "la crise politique" provoquée par l'affaire Bettencourt, le président de la République devait s'exprimer mais "pas pour se justifier". Cette affaire, dans laquelle est empêtré le ministre du Travail Eric Woerth, "est en train de prendre de l'ampleur" et de "créer une crise politique à la tête du gouvernement", a-t-il déclaré sur LCI.
Qu'il intervienne, "c'est la moindre des choses", a jugé Jean-Marc Ayrault. "Mais s'exprimer, ce n'est pas se justifier" car "quand on ne reconnaît pas ses erreurs, ça ne peut pas marcher", a-t-il précisé. "Il faut que le président de la République soit conscient de cela".
"Les erreurs, c'est les choix de politique fiscale, de politique d'injustice sociale depuis le début du quinquennat", a-t-il dit, dénonçant aussi "l'indécence au pouvoir".
Selon le député de Loire-Atlantique, "on a l'impression d'une vraie connivence entre l'Etat et le club du Fouquet's".
"Il faudra bien que Nicolas Sarkozy prenne ses responsabilités. Ca ne peut pas durer comme ça", a lancé Jean-Marc Ayrault, se demandant "où est la crédibilité du gouvernement aujourd'hui qui prône l'austérité aux Français, qui leur demande de faire des efforts" et "en même temps qui n'est pas exemplaire".
"Il n'y a pas de procès personnel à l'égard de quiconque. Nous demandons simplement la vérité", a-t-il affirmé en redemandant la création d'une commission d'enquête sur l'affaire Bettencourt.

 

Source: Nouvelobs.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans EUROPE
commenter cet article

commentaires