Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

voice of africaVoice of Africa Radio reçoit Seth Koko le 11 mai 2010

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 14:23
Kimou-koffi-1-.jpgLors de sa conférence de presse de mercredi, le procureur de la République, M. Tchimou Raymond a affirmé que : «les membres de la Cei ne bénéficient plus d'immunité judiciaire que leur conférait la Loi n°2004-642 du 14 décembre 2004 suite à son abrogation par la Décision n°2005-06/PR du 15 juillet 2005». Cette affirmation dénote d'une lecture hâtive et précipitée des textes par celui-ci, mais aussi et surtout de sa méconnaissance des règles de la légistique. Elle appelle de notre part, l'analyse suivante. Examen des textes invoqués La Loi n°2001-634 du 9 octobre 2001 portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la Cei avait prévu en son article 23 que «les membres de la Cei ne peuvent être poursuivis, recherchés, détenus ou jugés, pour leurs opinions ou pour les actes relevant de l'exercice de leur fonction. En période électorale, ils bénéficient, en outre, de l'immunité de poursuites pour les faits antérieurs, sauf autorisation spéciale du Bureau de la Cei réuni à cet effet et acquise à la majorité des 2/3.» Les dispositions de cette loi ont été modifiées par la loi n°2004-642 du 14 décembre 2004. Au cours de cette modification, l'adjonction de dispositions nouvelles qui n'existaient auparavant, à conduit à bouleverser l'agencement initial des articles de la Loi n°2001-634 du 9 octobre 2001, de sorte que c'est l'article 25 nouveau de la Loi n°2004-642 du 14 décembre 2004 qui régit désormais l'immunité des membres de la Cei dans les mêmes termes. Le 15 juillet 2005 le président de la République, dans sa Décision n°2005-06/PR, a procédé à la modification des articles 5, 8, 9, 12, 21, 25, 37, 38, 39, 52 et 53 de la loi n°2004-642 du 14 décembre 2004 modifiant la loi n°2001-634 du 9 octobre 2001 portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la Cei. Le nouvel article 25 est ainsi libellé : « les membres de la Cei perdent leur qualité par : -expiration de leur mandat ; -démission régulièrement constaté par le Président de la Cei ; -révocation décidé par les 4/5 des membres de la Cei, pour manquements à leurs devoirs tels que définis à l'article 21 de la présente Décision ou pour toute autre faute susceptible d'entacher l'honorabilité de la Commission ; -décès. » A l'analyse, on se rend compte que l'article 25 nouveau de la Décision présidentielle et l'article 23 nouveau de la loi n°2004-642 du 14 décembre 2004 portent à l'identique sur le même objet, c'est-à-dire l'immunité des membres de la Cei. C'est seulement le 2ème tiret de l'article 23 nouveau de la loi n°2004-642 du 14 décembre 2004 qui accordait compétence au Conseil Constitutionnel pour révoquer les membres de la CEI selon les modalités fixées par le règlement intérieur de la dite Institution qui n'a pas été repris par l'article 25 nouveau de la Décision présidentielle. C'est donc une erreur matérielle manifeste des rédacteurs du texte qui ont malencontreusement visé l'article 25 au lieu de l'article 23 de la loi n°2004-642 du 14 décembre 2004.Le contenu de l'article 25 nouveau de la loi n°2004-642 du 14 décembre 2004 n'a donc jamais été abrogé. Pour corroborer cette analyse, il convient de noter que lorsque l'on reprend l'ensemble des dispositions de la Loi organique régissant la CEI et qui incorporent toutes les modifications entreprises, on se retrouve avec deux articles (l'article 23 nouveau Loi n°2004-642 du 14/12/2004 et l'article 25 nouveau Décision n°2005-6/PR du 15/07/2005) portant sur le même sujet et ayant le même contenu. Il y a là répétition dans un même texte de deux dispositions identiques. Cela est contraire aux règles de la légistique. Cette erreur matérielle ne fait donc pas disparaître les dispositions de l'article 25 de la loi n°2004-642 du 14 décembre 2004 conformément à l'esprit et à la lettre de la modification entreprise par la Décision présidentielle du 15 juillet 2005. Il revient tout simplement au Secrétariat Général du Gouvernement de corriger cette erreur matérielle lors de la publication de la Décision présidentielle. En conclusion, l'affirmation du Procureur de la République qui consiste à dire que l'immunité de juridiction des membres de la CEI est levée, n'intègre pas l'esprit et la lettre de la modification résultant de la Décision présidentielle précitée. Cette affirmation n'est donc pas fondée. Les membres de la CEI bénéficient bel et bien de l'immunité de juridiction que leur confère la loi n°2004-642 du 14 décembre 2004 et ne peuvent donc pas être poursuivis.
 Soumahoro Bafétigui, Juriste / PLUS D'INFOS SUR NORDSUDMEDIA

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire
commenter cet article

commentaires