Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 22:42

Le nucléaire n’est plus un luxe, et mon ambition, c’est de faire bénéficier à mon pays cette opportunité”, a indiqué Youssoufou Bamba, représentant permanent de la Côte d’Ivoire à l’AIEA, vendredi dernier, à clôture du séminaire de sensibilisation des décideurs aux prescriptions et aux défis liés à la faisabilité d’un programme électronucléaire, à N'sah hôtel de Grand-Bassam.

 

D’ailleurs, il a promis que le gouvernement sera informé de tous les aspects étudiés au cours des 4 jours de travaux pour forger son opinion et prendre la décision qui sied à la Côte d’Ivoire. Les aspects en question sont un ensemble de critères dont la colonne vertébrale est la confiance que doit inspirer le pays au niveau national et international. “Sinon les contraintes techniques en elles-mêmes tournent autour du respect des normes environnementales, de sûreté des installations, de la sécurité et de la non prolifération des armes, parce que l’AIEA veut s’assurer que tout programme nucléaire vient pour favoriser le développement pacifique d’un pays et non pour son développement militaire”, a précisé Nkong Njock Vincent, responsable de l’introduction du nucléaire dans les nouveaux pays. C’est pourquoi, a-t-il ajouté, tous les participants venus de 35 Etats africains, ont été bien renseignés sur le process, le système de management lié au nucléaire et l’Approche Jalon que conseille l’AIEA, qui consiste pour les nouveaux pays à aller étape par étape.
Mais au-delà des contraintes, M. Nkong considère que tous les pays ont droit au nucléaire, même si on observe à ce jour que seuls les pays développés et émergents en disposent. En tout état de cause, la Côte d’Ivoire en prenant le pari d’organiser ce séminaire, a pris la mesure de toutes les “considérations avant de s’embarquer dans un programme nucléaire, à l’image du Ghana, du Soudan, du Nigeria, de l’Ouganda, de l’Afrique du Sud qui l’exploitent déjà”, a rassuré l’ambassadeur Youssoufou Bamba.

J-S L. 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 23:10

La Côte d'Ivoire a décidé d'exporter vers le Burkina-Faso de l'électricité à partir d'aujourd'hui, malgré l'inconséquent délestage que les refondateurs mal inspirés font subir aux Ivoiriens. Ce sont au total 50 Mw qu'on vendra au pays de Blaise Compoaré d'ici le 30 juin 2010.

 

Alors qu'il n'y a pas un mois, on quémandait du courant au Ghana, pour combler nos déficits. Alors que les populations ivoiriennes continuent de supporter les coupures désordonnées et sauvages du courant et que l'économie plonge à cause du manque d'électricité pour faire tourner les usines. Quel est ce pays de paradoxes où la main ne reconnait plus le chemin de la bouche et où, selon le président du Pit, "l'anomalie est devenue la normalité" ? Non, les refondateurs se moquent des Ivoiriens qui n'en peuvent plus de verser des larmes de sang à cause des calamités qui n'en finissent pas d'assombrir leur horizon. Ce n'est pas le fait que ce soit le Burkina qui suscite tant l'indignation des Ivoiriens, mais c'est l'acte qui sent le mépris et le manque de compassion. Au moment où les Ivoiriens sortent du traumatisme "d'une semaine sans véhicule" et où aucun espoir d'une couverture totale du territoire national en électricité ne pointe à l'horizon, si le régime de Laurent Gbagbo, par le biais de son ministre des Mines et de l'énergie, décide de vendre le peu de Mégawatts dont on n'arrive même pas à assurer la production, c'est que l'évidence est établie que le bien-être des Ivoiriens est le dernier des soucis du régime ivoirien. Qu'on ne s'étonne plus qu'aucun écho des cris de détresse du peuple ne parvienne pas au sommet ad vitam aeternam.


François Konan

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 21:22
  • Cote-divoire-drapeauREPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
    MINISTERE DES MINES ET DE L’ENERGIE
    COMMUNIQUE
  • Le Ministère des Mines et de l’Energie informe la population que d’importants travaux seront effectués à la centrale thermique de CIPREL du 8 avril au 31 mai 2010. Pendant cette période, la fourniture de l’électricité connaîtra des perturbations pouvant aller jusqu’au rationnement de la clientèle du fait de la précarité de l’équilibre production-consommation du système électrique ivoirien.
  • Le Ministère des Mines et de l’Energie a mobilisé l’ensemble des opérateurs du Secteur Electrique et a pris les dispositions nécessaires pour minimiser l’impact de ces travaux sur la population.
  • Le Ministère des Mines et de l’Energie a instruit la CIE pour mettre en place un dispositif de communication à la clientèle à travers unouvert du lundi au samedi de 07h à 22h et un site internet www.cie.ci
  • Le Ministère des Mines et de l’Energie remercie la population pour sa compréhension.
  • Le Ministre des Mines et de l’Energie
  • PLANNING PREVISIONNEL DE DELESTAGE
  • La journée de délestage est repartie en quatre(4) tranches horaires :
    Matin  = 01h à 08h
    Jour    = 08h à 18h
    Nuit 1  = 18h à 22h
    Nuit 2  = 22h à 1h

    Ce planning prévisionnel de délestage est donné à titre indicatif et est susceptible de subir des modifications en cas de contraintes d’exploitation.

  • http://www.groupecie.net/delestage_public/

Partager cet article
Repost0
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 11:33

photo18757455844bbd312ac6d7f.jpgL'information a été donnée hier par le directeur général de l'Energie, Simon Eddy, après une rencontre avec le comité interministériel constitué en vue d'une solution au problème du grand délestage que connaît la Côte d'Ivoire.

 

Ainsi, du 8 avril au 31 mai 2010, le pays retrouve hélas "son visage noirci" par une interruption nécessaire de l'électricité sur toute l'étendue du territoire national.

Une situation prévisible du fait de la vétusté du réseau électrique et naturellement des travaux d'entretien des différentes installations destinées à la production de l'électricité. La Compagnie ivoirienne de production d'électricité (Ciprel) d'une capacité de 110 Mw ferme pour entretien.

Le délestage est donc inévitable même si le ministère des Mines et de l'Energie a pris des dispositions et appelle les populations au calme.

Pendant cette période, Vridi 1 d'une capacité de 21 Mw et le groupe Agrico de 50 Mw seront fonctionnels pour permettre de reprendre les programmes de coupures de courant sans omettre que des zones industrielles, les stations de pompage d'eau (Sodeci), les centres hospitaliers et certains endroits sont classés par nécessité zones privilégiées.

La galère énergétique reprend pour les populations qui avaient commencé à souffler après des mois de grandes souffrances.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 14:15
Konan-Bedie.jpgDepuis que le délestage de l'énergie électrique est venu, au début du mois de février 2010, s'ajouter aux affres que vivent au quotidien les Ivoiriens depuis décembre 1999, plusieurs justifications tantôt à caractère technique tantôt à caractère démagogique, ont été données par les tenants du pouvoir, depuis les techniciens jusqu'au Chef de l'Etat, sur cette situation incongrue et déplorable.

De manière récurrente, la panne survenue à l'une des turbines, d'une capacité de production de 150 MW de la centrale thermique d'AZITO, a été avancée comme étant la cause du délestage.

Le PDCI-RDA qui a bâti notre pays pendant plus de 40 ans , notamment de 1960 à 1999, et qui a donné un essor particulier au secteur électrique ivoirien, se sent interpellé par certaines allégations tendancieuses, certaines demi- vérités voire certaines contre- vérités distillées çà et là par les abonnés de la désinformation et de l'intoxication dans le noir dessein de chercher à noyer le poisson dans l'eau, de chercher à vouer le concessionnaire à la vindicte publique ou à porter, comme à leur habitude, un doigt accusateur sur le PDCI-RDA.

La vérité doit être dite à nos compatriotes trop longtemps abusés par des apprentis sorciers et des vendeurs d'illusions patentés.

Il n'est pas question ici de distraire encore une fois les Ivoiriens qui vivent le calvaire sous cette " refondation " à vite oublier, de leurs préoccupations quotidiennes vitales.

C'est l'objet de la présente déclaration qui vient en appui à la magistrale réplique déjà faite par le Groupe parlementaire PDCI-RDA.

En effet, de quoi s'agit-il ?

1/ D'abord la cause profonde et les origines du délestage

L'accident survenu à AZITO est un épisode purement conjoncturel dans le déclin de notre secteur électrique sous la "refondation".

Nos compatriotes doivent savoir que la cause du délestage est plus profonde que ce qu'on leur dit. Il s'agit d'un déséquilibre structurel de longue durée entre production et consommation d'électricité, déséquilibre dû à une absence totale d'investissement en matière de production et de distribution de l'énergie électrique depuis plus d'une dizaine d'années, alors même que la consommation est en forte hausse ainsi bien en interne, qu'à l'export, et que des investisseurs privés ayant déjà fait leurs preuves ont soumis au Gouvernement de Laurent Gbagbo depuis plusieurs années des projets crédibles, de construction de centrales thermiques au gaz selon le mode BOOT.

"Gouverner c'est prévoir" dit l'adage. Pour le PDCI-RDA, être incapable de prévoir et de planifier et de programmer le développement dans un secteur aussi vital pour l'économie nationale et même sous-régionale, c'est le comble de l'incompétence et d'une inconséquence dramatique.
La Côte d'Ivoire mérite mieux en matière de gouvernance.

2/ Ensuite la politique menée avant décembre 1999

L'objectif principal était de faire de notre pays un grand pays producteur et exportateur d'énergie. En complément du Code des Investissements adopté en 1995, un Code pétrolier avait été voté par le Parlement et des études étaient en cours en vue de mettre en place le cadre juridique et réglementaire des producteurs indépendants d'énergie électrique (IPP : indepependant power producer, en anglais), et sur la restructuration du secteur énergie.

Le potentiel énergétique de la Côte d'Ivoire lui avait permis de contribuer substantiellement au développement de la coopération régionale en Afrique de l'Ouest à travers la fourniture d'énergie électrique aux pays voisins. Notre pays comptait en effet à son actif :

-le fourniture en 1997 de 95 GWH au Ghana, au Togo et au Bénin contre 14, 8 GWH au seul Ghana en 1994 ;
-la réalisation des travaux d'interconnexion avec le Burkina Faso ;
-la finalisation des études et la recherche du financement nécessaire à la réalisation de l'interconnexion avec le Mali ;
-la finalisation des études relatives à l'interconnexion avec la Guinée.

Dès 1959, le Gouvernement du Président Félix Houphouët-Boigny s'est attaché à exploiter le potentiel hydroélectrique du pays en construisant les différents barrages hydroélectriques suivants :

-Ayamé 1 en 1959 de 20 MW
-Ayamé 2 en 1965 de 30 MW
-Kossou en 1972 de 174 MW
-Taabo en 1979 de 210 MW
-Buyo en 1980 de 165 MW.

La grande sècheresse du début des années 1980, qui a entrainé le premier délestage en 1984, a amené le PDCI-RDA à infléchir sa politique en recourant davantage, dès cette année 1984, au thermique ; C'est ainsi que furent successivement réalisées :

-Vridi en 1984 de 100 MW
-Ciprel en 1995 de 210 MW
-Azito en 1999 de 296 MW.

A partir de 1995, les différents gouvernements PDCI-RDA se sont attachés notamment à associer les importants gisements de gaz et de pétrole entrés en production en 1995, notamment sur les gisements Lion et Panthère, puis les gisements Espoir Foxtrot, etc. suite à d'importants investissements privés de l'ordre de 85 milliards de F CFA, aux ressources hydroélectriques du pays dans le souci de réduire significativement le coût de l'énergie électrique.

A cet effet, la réalisation sous forme de BOOT (build, own operate , transfer en anglais) de la centrale thermique Azito, centrale opérationnelle début 1999 devait consolider la dynamique enclenchée en 1995 avec le centrale thermique de CIPREL .

Ces différentes actions avaient permis de porter la capacité totale de production de 2.200 GW en 1993 à 4.000 GW en 1997.

Un objectif de 6.000 GW était prévu en l'an 2000 afin de permettre à notre pays de couvrir non seulement sa consommation nationale en forte hausse (8,4% entre1994 et 1999), conformément aux prévisions d'une croissance à 2 chiffres attendue du PIB dans la cadre du Programme "Eléphant d'Afrique", mais aussi d'être un important exportateur d'énergie électrique.
L'électrification rurale a constitué l'un des axes forts de la politique énergétique de PDCI-RDA. Le programme d'électrification rurale ciblait une cadence moyenne de 200 à 250 villages à raccorder chaque année au réseau national.

En effet, le taux d'électrification a progressé de 22% en 1994 à 1999 en passant de 53% à 65%.

Au total, 734 localités ont été électrifiées entre 1994 et 1999, soit en moyenne 123 localités par an.

Par ailleurs, des programme d'électrification par panneaux solaires, afin d'alimenter des centres de convivialité dans certaines agglomérations, étaient également en cours.

En matière d'électrification rurale, il importe ici de souligner que chaque abonné de la CIE paie sur sa facture une redevance d'électrification rurale d'environ 2% de sa consommation et rappeler à ceux qui l'auraient oublié que cette redevance a été instituée par le PDCI-RDA.

Vouloir faire croire abusivement à nos compatriotes des villages raccordés que cette réalisation est due au seul bon vouloir du " refondateur en chef ", dans le cadre d'un " programme présidentiel d'électrification rurale ", avec des visées démagogiques et électoralistes évidentes, est donc une imposture de plus, une escroquerie morale que le PDCI-DRA dénonce avec fermeté.

Tous les Ivoiriens participent au financement de l'électrification rurale. Il en est de même pour la redevance RTI.

3/Enfin le choix stratégiquedu thermique par rapport à l'hydroélectrique

Cette option était pertinente compte tenu :

1/ de la baisse tendancielle de la pluviométrie depuis plusieurs décennies (Rappelons que le barrage de Kossou n'a jamais atteint sa pleine capacité de production pour cette raison) ;

2/ de la disponibilité importante de gaz naturel suite aux investissements massifs réalisés en matière de prospection pétrolière et gazière comme rappelé ci-dessus, au début des années 1990 ;

3/ du coût très élevé à court et moyen termes de la construction d'un barrage hydro-électrique, qui il convient de le souligner, ne peut s'amortir que sur le très long terme. (Le barrage de Soubré était évalué à 200 millions de F CFA (300 milliards ; de F CFA aujourd'hui) alors qu'une centrale thermique de 111 MW était estimée à 46 milliards de F CFA en 2009) ;

4/ des investisseurs privés étaient prêts à réaliser ces investissements en BOOT ou BOO sans contribution financière immédiate de l'Etat.

Nonobstant les justifications ci-dessus, le PDCI-RDA n'a jamais envisagé d'abandonner son projet de construction du barrage de Soubré, et d'autres barrages hydroélectriques ultérieurs. Des recherches de financement étaient en cours auprès des bailleurs de fonds institutionnels.

En guise de conclusion

Le délestage actuel de la fourniture de l'énergie électrique aux Ivoiriens et surtout aux entreprises est une véritable honte pour un pays qui dispose de tous les atouts pour couvrir non seulement sa consommation domestique, mais aussi d'être un grand exportateur d'énergie électrique dans la sous-région, vers le Ghana-Togo-Bénin, le Burkina Faso (comme c'est le cas actuellement), mais aussi le Mali (interconnexion en cours) et par la suite le Libéria, la Guinée , la Sierra Leone, La Guinée Bissau , la Gambie le Sénégal….

C'est la marque indélébile et le symbole frappant de l'incapacité du FPI à gérer ce pays.

" Le vrai bonheur, on ne l'apprécie que quand on l'a perdu. Faisons en sorte de ne jamais le perdre mais de le consolider sans cesse… " avait anticipé Félix Houphouët-Boigny. Hélas…

Abidjan le 22 mars 2010
Partager cet article
Repost0