Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

voice of africaVoice of Africa Radio reçoit Seth Koko le 11 mai 2010

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 20:39

Abidjan, Le président du bureau exécutif national de la Fédération des ONG de Développement de Côte d’Ivoire (Fedoci), Koné Satigui, exhorte ses membres à soutenir le gouvernement, dans un message de nouvel an dont copie a été transmise à l'AIP jeudi.

" Mettons-nous ensemble et allons vers le gouvernement et ses partenaires au développement, ils nous aideront à avoir des ressources pour nos projets", déclare M. Koné à l'adresse de ses membres, exprimant sa "foi en notre pays, en nos dirigeants et leurs partenaires, en l’engagement des Ivoiriennes et des Ivoiriens membres des ONG de la FEDOCI, de faire de la Côte d’Ivoire, un pays émergent le plus tôt possible ".

Il a également signifié que "la mise en œuvre d’un projet d’une ONG donne de l’emploi à des dizaines ou centaines d’individus qui se reconnaissent en elle et qui y militent".

Le président de la Fedoci qui salue les efforts du Chef de l’Etat à la création de richesse, appelle les ivoiriens à "plus de solidarité pour l'émergence d'une nation forte"
Par ailleurs, Satigui Koné exprime sa compassion aux familles des victimes de la bousculade de la Saint-Sylvestre au Plateau, invitant les Ong et associations de la FEDOCI à "avoir une pensée pieuse pour nos frères et sœurs qui ont perdu la vie au cours de ces événements malheureux".

La FEDOCI compte plus de 726 ONG et associations.

[AIP]

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 10:30

Logements sociaux / La 1ère villa-témoin est là : Accéder à une maison à 5 millions de FCFA, c’est chose possible

logements-socieaux-CI.JPG

La première villa-témoin de la ‘’Cité ADO’’ dont la première pierre a été posée le 09 janvier 2012 est sortie de terre. Elle fait l’objet d’une grande curiosité de la part des visiteurs et en même temps une fierté pour «Opes Holding Sa», société en charge de la production et la commercialisation de ces maisons préfabriquées.

Jeudi 30 août 2012. Il était exactement 12 heures 10 minutes, lorsque nous arrivons sur le site qui a servi de pose de la première pierre de la future résidence des Abidjanais située entre la prison civile de Yopougon et la forêt d’Anguédédou, baptisée ‘’Cité ADO’’. Sur le site, le terrassement de terrain est perceptible. Il y a des machines-grader et des camions qui font le ‘’va et vient’’, quand d’autres sont stationnés. Des ouvriers et ingénieurs y travaillent également. Chacun est occupé à faire quelque chose. Un peu devant, des véhicules de type 4X4 sont stationnés. Des hommes habillés en costume se dirigent vers une bâtisse en finition. Quelle surprise! C’est la villa témoin de la ‘’Cité ADO’’. Ce qui avait semblé impossible. Car, des Ivoiriens n’y croyaient même plus. Pour beaucoup, les maisons sortiraient de terre après la pose de la première pierre. Que non! Il fallait attendre un processus qui se subdivise en plusieurs étapes. Deux, trois et quatre ont suffi pour tester le niveau de croyance des Ivoiriens. A un moment donné, ils s’étaient tous mis dans la peau de Saint Thomas : «Voir pour croire». Aujourd’hui, ces mêmes Ivoiriens peuvent enfin espérer et rêver vivre décemment sous leur propre toit. Car, du travail est en train d’être fait. Il suffit de se rendre sur le site, comme le font maintenant plusieurs visiteurs pour s’en apercevoir. La ‘’Cité ADO’’ est en train de prendre forme. La première villa-témoin est sortie de terre. Elle a été construite en trois jours seulement. Elle suscite curiosité, satisfaction et joie. Curiosité, parce pour beaucoup, c’est la première fois de voir une maison sortir de terre en quelques jours. Satisfaction et joie pour d’autres, parce qu’ils sont convaincus de pouvoir souscrire à l’opération. Au nombre des visiteurs du site, nous avons trouvé sur place les premiers responsables de la BHCI (Banque de l’habitat de Côte d’Ivoire). Ils étaient-là pour s’enquérir de l’évolution des travaux. Les profanes du bâtiment n’étaient pas les seuls à être curieux sur la faisabilité et la construction d’une maison en trois jours. Même des architectes étaient curieux d’en savoir un peu plus. Quelques- uns arrivés sur le site ont indiqué être surpris de voir une maison sortie de terre, alors qu’il y a quelques jours quand ils passaient à cet endroit pour rejoindre un chantier, il n’y avait rien. Et voici que ‘’l’opération de construction des logements sociaux et économiques au profit des Ivoiriens’’ devient peu à peu une réalité.

La villa-témoin, l’œuvre de Opes Holding Sa
La société Opes Holding Sa est pour quelque chose dans la réalisation de la ‘’Cité ADO’’. Cette société dont l’objet est l’installation d'usine de fabrication de logements; la production et la commercialisation de maisons préfabriquées ; la fourniture de prestations diverses; l’acquisition, détention, gestion de titres de participation des sociétés constituées ou en cours de constitution; prise de contrôle et l'administration de sociétés, notamment des filiales; …travaille d’arrache-pied pour faire du rêve du président de la République Alassane Ouattara, une réalité. M. Siriki Sangaré son président du conseil d’administration, que nous avons trouvé sur place, assure qu’il est possible de construire plusieurs maisons en un seul jour. Mieux, les Ivoiriens peuvent accéder à des logements à hauteur de 5 millions de FCFA. «C’est possible, il y aura des maisons pour toutes les bourses», a-t-il apaisé les Ivoiriens qui n’y croiraient pas. Après l’étape de Yopougon et de Cocody-Riviera où est prévue la construction de plus de 2320 logements, Siriki Sangaré compte mettre le cap sur l’intérieur du pays où le besoin en logements est tour aussi important.

Honoré Kouassi

L'intelligent d'Abidjan

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 18:41

fanny-ibrahima.jpgLes commerçantes et commerçants de la commune de Bouaké pourront enfin savourer les bienfaits d’un nouveau marché moderne à l’image de celui de Bobo-Dioulasso, 2ème capitale Burkinabé. Et cela, dans deux ans tout au plus, selon le premier magistrat de la ville, le maire Fanny Ibrahima qui a annoncé le début des travaux dans un mois. C’est que, dans l’optique de boucler les derniers détails de la construction de ce chef-d’œuvre, le maire de Bouaké a rencontré le mercredi, 22 août 2012, en sa résidence, sis au quartier Kennedy, le promoteur de ce marché, Dakhlallah Abdul, directeur général de Cap-center, une entreprise de construction de bâtiment.

La rencontre qui a eu lieu en présence de certains collaborateurs du maire Fanny Ibrahima et de l’honorable député Béma Fofana a été l'occasion pour le premier magistrat de la deuxième ville ivoirienne de donner de plus amples explications sur ce sujet. Selon lui, « l’opérateur a déjà fait ses preuves. Je suis venu le trouver en contact avec l’ancien maire. L’administration étant une continuité, j’ai préféré suivre ses traces. Le conseil municipal est d’accord. J’ai fait également une réunion avec le préfet, il nous a soutenu » a dit Fanny Ibrahima avant d’ajouter que « le coût, jusqu’à preuve du contraire, avoisine les 7milliards de f Cfa. Nous pensons qu’il va démarrer ces jours-ci, dans un mois, il doit pouvoir démarrer. Au moins près de 4000 places tous confondus. Les magasins n’ont pas les mêmes dimensions. Il y a un comité qui a été mis sur pieds. Les deux syndicats des commerçants sont au courant » a-t-il rassuré. Pour l’opérateur Dakhlallah Abdul, « le contrat a été signé avec le maire Konan Konan Denis en 1999. Et aujourd’hui, à la demande du maire Fanny Ibrahima, nous avons repris les travaux.

On n’avait procédé à faire beaucoup de stockages de matériels sur le terrain. Malheureusement, à la faveur de la crise, on nous a tous volés. On n’a donc renouvelé le contrat avec le maire Fanny Ibrahima à et sa demande, nous sommes revenus reprendre les travaux en 2006. Malheureusement, on n’a dû arrêter encore pour ce que vous savez. Et nous avons encore perdu. J’espère que bientôt nous allons entamer ces travaux pour le bien-être des commerçants » a-t-il soutenu. Enfin, il précise que la construction de ce nouveau marché qui se veut moderne, durera environs 2 ans et 4 mois et la convention d’exploitation s’étendra sur 18 ans. Il est aussi bon de préciser que pour l’heure, aucun prix n’a été fixé pour la location des magasins.

Ladji Abou SANOGO
(Correspondant régional)
Soir Info

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 12:55

Le président ivoirien Alassane Ouattara a donné symboliquement vendredi à Grand-Bassam les premiers coups de pioche pour la construction de l`autoroute devant relier Abidjan à Grand Bassam (30 km) en présence de l`ambassadeur de Chine en Côte d`Ivoire Zhang Guoqing.

"C`est un projet important qui devrait permettre d`accélérer l`accès à Grand Bassam, de valoriser les importants potentiels économiques, touristiques et sociaux de la région", a déclaré Alassane Ouattara.

Selon M. Ouattara, l`ambition de son gouvernement est d`"aller au-delà en créant les conditions de l`émergence d`une plate-forme touristique et industrielle de premier plan" à Grand Bassam, première capitale de la Côte d`Ivoire sous la colonisation française, récemment classée patrimoine mondial de l`Unesco.

L`ouvrage de trois fois deux voies qui sera réalisé en 30 mois par la société chinoise China Machinery Equipement Company (CMEC) va coûter 62 milliards de franc CFA (117 millions USD), dont 9,3 milliards de l`Etat ivoirien et 52,7 milliards de franc CFA empruntés aux "meilleures conditions de financement possible" à l`Ex-Im Bank de Chine.

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 20:17

Abidjan -La ministre de la Salubrité urbaine, Anne Désirée Ouloto, va procéder, ce lundi, à Abidjan, au lancement d’une campagne nationale de ravalement des façades extérieures des bâtiments publics et privés.

Cette campagne a pour objet d’améliorer l’esthétique du cadre de vie dans les principales villes du pays à l’occasion de la fête de l’indépendance 2012, indique une note d’information du ministère dont l’AIP a reçu copie.

Elle contribuera également à sensibiliser les responsables d’administrations publiques et privées, les promoteurs immobiliers, les organisations des quartiers, les ménages et le grand public au renouveau et à la beauté du cadre de vie par la peinture des bâtiments.

Cette campagne qui va s’étendre jusqu’au 30 septembre, s’articulera autour d’une cérémonie de lancement, d’une phase de sensibilisation de proximité, de visites inopinées de la ministre de la Salubrité urbaine aux administrations et d’une journée nationale de la copropriété, en liaison avec le ministère de la Promotion du logement, souligne-t-on.

Source: AIP

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 12:22

Abidjan - Le groupe de travail pour la préparation de la Côte d’Ivoire au passage à l’audiovisuel numérique spécifiquement à la Télévision numérique terrestre (TNT), a remis ce vendredi, au gouvernement, son rapport définitif comprenant une stratégie nationale de basculement vers le numérique, "sans grands désagréments pour les ménages".

Le président de ce groupe de travail, Anoma-Kanié Léandre, a présenté les grandes articulations du document, relevant entre autres les méthodes et les stratégies mises en œuvre et qui ont abouti à son élaboration.

Ces méthodes ont permis de "trouver des réponses aux questions essentielles à même de garantir le succès du passage au numérique ", a indiqué M. Anoma-Kanié, par ailleurs directeur de cabinet du ministre de la Communication.

Les stratégies, quant à elles, ont, à ses dires, pris en compte "un diagnostic de l’existant et une analyse de l’environnement sectoriel" qui ont amené le groupe à formuler des propositions tant au plan juridique, technique que socio-économique.

"Le document stratégique que nous soumettons à votre clairvoyante autorité, laisse entrevoir que la Télévision numérique terrestre (TNT) donnera un coup d’accélérateur au développement de la télévision en Côte d’ivoire", a-t-il dit, recommandant au gouvernement "de prendre le leadership", de cette opération de migration afin d’en garantir le succès, avant de remettre les résultats de leurs travaux aux ministres ivoiriens de la Communication et de la Poste et des Tics, respectivement Diakité Coty Souleïmane et Koné Nabagné Bruno.

Ceux-ci ont pour leur part, félicité le groupe pour la qualité du travail accompli, qui devraient être "dans les meilleurs délais" présentés à l'ensemble du gouvernement.

Comprenant une vingtaine de membre, le groupe de travail a été créé en février 2010 par un arrêté interministériel, afin de préparer le basculement de la Côte d’Ivoire à l’audiovisuel numérique, spécifiquement à la Télévision numérique terrestre (TNT) prévu pour fin 2015. Il a été officiellement installé le 14 décembre 2011.

Le numérique est "une évolution technologique qui permet d’optimiser l’usage de la ressource spectrale par un accroissement du nombre de chaînes de télévision par fréquence, d’obtenir une meilleur qualité d’image, de son, et de réduire les coûts de la transmission et de la diffusion des programmes télévisuels", note-on.

AIP

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 12:10

Après son Chef de cabinet dont il s`est séparé le 13 janvier 2012 pour fraude sur l`exportation de bois, le ministre des Eaux et Forêts, Clément Bouéka Nabo, revient à la charge. Depuis lundi 03 juillet dernier, celui-ci a mis fin aux fonctions de son Directeur de cabinet, le Colonel Soro Yamani. Et avec lui, le Directeur de la production des industries forestières (DPIF), Kolou Ouallou Beaucéjour, le Directeur général des Eaux et forêts, Kadja N`Zoré et le Chef d`inspection au Port d`Abidjan, le Capitaine Dagnogo, tous virés de leurs postes quelques jours plus tôt. Mais que se passe-t-il pour que le ministre des Eaux et Forêts se sépare de la plupart de ses proches collaborateurs dans un laps de temps ? Sur la question, aucune réaction officielle. Mais des indiscrétions au sein dudit ministère confient que ces débarquements sont liés à la mauvaise gestion de la forêt ivoirienne par certains collaborateurs du ministre.

Tout a commencé en septembre 2011 lorsque plus de mille (1000) carnets de bordereaux parallèles servant à évacuer des bois ont été démantelés à la Direction de la production des industries forestières. Depuis cette date, ce service a fait l`objet d`une procédure judiciaire dans le cadre du pillage de la forêt ivoirienne. Et le soin est revenu au Colonel Kadja N`Zoré, DG des Eaux et Forêts, d`instruire l`affaire afin de situer les responsabilités. Malheureusement, ce
scandale a été classé sans suite. Toute chose que n`aurait pas digéré le ministre Nabo qui a reçu la mission du président de la République de conduire la politique forestière du gouvernement ; notamment, la préservation du patrimoine forestier, le reboisement des forêts dégradées. Les choses en étaient là lorsque d`autres scandales ont encore éclaté au niveau du ministère des Eaux et Forêts. Il s`agit du trafic de bois au port de San-Pédro en début d`année où 30 conteneurs de 40 pieds de bois de Vène ont été saisis. Selon toujours des indiscrétions, certains responsables du ministère des Eaux et Forêts devraient favoriser leur embarquement sans aucune pièce justificative. ``Si le chef d`inspection port grume de San-Pédro a été mis aux arrêts dans cette affaire, il faut dire qu`il est ressorti des confrontations opérées par les enquêteurs que le Directeur de cabinet, le Colonel Soro Yamani, était bien au fait de tous les mouvements liés au trafic récurrent de l`exportation du bois de Vêne ; mais il n`a jamais rien dit au ministre``, a confié cette source. Alors question, le Directeur de cabinet est-il impliqué directement dans les trafics ? Nul ne peut l`affirmer pour l`instant sans une preuve tangible. Toutefois, ces débarquements n`ont pas empêché le Groupe écologique de Côte d`Ivoire (GECI), une Ong de lutte contre la déforestation, de donner de la voix suite à ce ménage qui vient d`être opéré au ministère des Eaux et Forêts.

Dans une brève déclaration qui nous est parvenue, hier mardi 03 juillet, son Directeur exécutif, Jacob N`Zi, s`est félicité de cette décision du ministre Nabo de se séparer de certains de ses proches collaborateurs. ``Le GECI a toujours milité pour que la gestion de la forêt soit confiée aux professionnels de la forêt ; c`est-à-dire, les Agents des Eaux et Forêts. Hélas ! Après plusieurs constats, nous nous rendons compte qu`ils sont les vrais fossoyeurs de la forêt. C`est pourquoi, nous soutenons et encourageons le ministre dans son combat qui est d`assainir le secteur forestier en le débarrassant des responsables véreux ; car, le désert menace les portes de la Côte d`Ivoire si rien n`est fait``, a-t-il déclaré en se félicitant de la démarche du ministre visant à associer la société civile dans ce noble combat de préservation de la forêt.
G. DE GNAMIEN

L'Inter

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 15:15

La Côte d’Ivoire vient d’être le 33ème pays au monde à bénéficier du point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays pauvres très endettés). Hier, sur les antennes de Rfi, Charles Koffi Diby, ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, s’est prononcé sur l’obtention de ce programme. « C’est une plateforme offerte à la Côte d’Ivoire. Nous devons la capitaliser et à partir de là, je pense que dans les prochaines années, nous aurons une croissance qui soit durable et qui puisse impacter positivement le quotidien des Ivoiriens », a indiqué le ministre. Selon lui, la Côte d’Ivoire est en train de mettre tout en oeuvre afin de ‘‘devenir de plus en plus crédible, en respectant les engagements’’. Mieux et à l’en croire, avec un assainissement très profond des finances publiques, ‘‘nous saurons devenir un pays crédible à partir de 2014’’. Toute chose qui permettra à la Côte d’Ivoire, a-t-il dit, d’aller sur le marché international. « Nous aurons des ressources à moindre coût, mais également des ressources de qualité», a-t-il souligné. Par ailleurs, lors de la signature des conventions pour le Pont Riviera-Marcory qui a eu lieu hier, à Paris, il a aussi expliqué que cette étape est capitale dans la mise en ?uvre du programme économique et financier 2012-2014. Car elle ouvre la voie à une réduction importante de la dette extérieure et à l’amélioration de la viabilité financière de l’Etat.
« Mieux, elle offre des perspectives heureuses en matière de mobilisation de ressources pour le financement du Plan National de Développement, devant contribuer à faire de la Côte d’Ivoire, un pays émergent à l’horizon 2020 », a ajouté l’argentier du Gouvernement ivoirien.
JEA

Le Patriote

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 11:49

fête en côte d'ivoireUne grève des trois centrales syndicales coalisées et du collectif de la Mugefci est imminente. Dans la discrétion s`élaborent les stratégies d`action. Le front social pourrait s`emballer très prochainement.

Juste la dernière main à la pâte avant de passer à l`action. Les centrales syndicales (UGTCI, Dignité, Fesaci) préparent activement une grève sur toute l`étendue du territoire ivoirien. En collaboration avec le collectif des 2/3 de la Mugefci avec lequel elles font équipe, depuis la mise sous tutelle de la mutuelle par l`Etat, le 11 avril dernier. Unis, ils ont décidé de parler d`une même voix. Selon des sources bien introduites, ils devraient se réunir aujourd`hui au plus tard, pour arrêter la date de cette action d`envergure. Après bien sûr qu`un préavis de grève a été déposé. Un membre de la coalition soutient même que la décision va tomber incessamment. « Ça ne va pas excéder deux jours. Le gouvernement est fermé à tout dialogue et prend des décisions de façon unilatérale. Nous ne pouvons plus attendre », confie-t-il. Se gardant toutefois de dévoiler la date de départ et le mode d`emploi de cette manifestation. En première ligne des revendications sociales, les centrales syndicales (en dehors de laFesaci absente à la tribune) ont pondu, le 1er mai, des déclarations visant l`amélioration des conditions de vie des travailleurs et des Ivoiriens dans leur ensemble.

Mais, c`est surtout le 16 mai, soit deux semaines plus tard, à la faveur d`une Assemblée générale extraordinaire, à la Bourse du travail de Treichville, que les parties coalisées (Centrales et collectif) ont jeté les bases de cette fronde. La résolution au terme de ces assises était ainsi libellée: « Les travailleurs de Côte d’Ivoire, réunis en Assemblée générale extraordinaire le 16 mai 2012, à la Bourse du Travail à Treichville, à l’invitation des centrales UGTCI-CISL/Dignité-Fesaci et du Collectif, après avoir analysé la situation et pris la pleine mesure des problèmes évoqués, décident d’un arrêt de travail de trois (03) jours, en guise d’avertissement, dont les dates et les modalités pratiques seront précisées dans un bref délai ». Les problèmes évoqués sont de plusieurs ordres. On pourrait en égrener quelques uns. Primo: « les mesures de licenciement massif à la RTI, à la Sotra, à la Société Les Palaces de Cocody, au Port autonome d’Abidjan, à la CEI et dans bien d’autres secteurs ».

Secundo: « les décrets portant augmentation du taux de cotisation de la pension de retraite de 18 à 25 % dans le secteur public et de 8 à 12% dans le secteur privé, sans au préalable avoir débloqué les salaires ni relevé le Smig, conformément aux accords avec les Centrales ». Tertio: « la décision mettant sous tutelle la Mugefci ». Arrimés à la cherté de la vie, ces problèmes doivent impérativement trouver une réponse, selon les centrales et le collectif qui, après l`échec du dialogue social, préparent la dernière arme de la lutte syndicale: la grève.

MARTIAL GALE

Le Mandat

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 13:04

fete-du-travail-abidjan.JPGLes revendications des syndicats qui ont ému la classe gouvernante, le Premier ministre en tête, ne devraient pas restées sans suite. Des changements s’annoncent à l’horizon.

Devant l’emballement du font social, le 1er mai, fête des travailleurs, était plus que jamais espéré par l’ensemble des forces vives ivoiriennes. Gouvernants et travailleurs compris.

Autel privilégié pour exorciser les ‘‘maux’’ du monde du travail, il est tombé à point nommé. Et cela se justifie à la quantité et la qualité des revendications portées devant le Premier ministre, Jeannot Kouadio-Ahoussou, représentant le président de la République, lors de cette célébration. Par le truchement de leurs responsables syndicaux, tous aussi inspirés les uns que les autres, les travailleurs ont crevé l’abcès, allant des problèmes les plus cruciaux aux préoccupations les plus élémentaires. Le tout, en vue d’une amélioration des conditions de travail et d’existence sociale : salaires, glissement catégoriel et indiciaire, profil de carrière, emploi des jeunes, couverture sociale... autant de sujets évoqués auxquels se greffent, de façon étanche, la cherté de la vie et le licenciement de nombreux travailleurs, depuis l’avènement du président Ouattara. Un diagnostic saisissant, sous réserve de l’état de convalescence du pays, qui appelle à une véritable catharsis de la part du gouvernement.

Interlocuteur des travailleurs depuis quelque temps déjà, le Premier ministre a été bien servi.

Au-delà des revendications corporatistes portées à sa connaissance auparavant, il a désormais une vue panoramique des problèmes qui minent les travailleurs et l’ensemble des Ivoiriens. Il en sera de même pour le président de la République à qui, à n’en point douter, un compte-rendu fidèle sera fait à son retour de voyage. Bref ! Dans le vaste ensemble de besoins, le problème de salaire, rappelons-le, est une réalité rampante, persistante que même la ministre de la Santé, le Pr. N’Dri Yoman a reconnue. ‘‘Les syndicalistes ont posé des revendications justes. Surtout au niveau salarial. Il n’est pas bien que des corporations soient avantagées au détriment d’autres. Ce sont des choses que le gouvernement va prendre en compte et traiter de façon globale pour la satisfaction des travailleurs’’, a-t-elle avancé, en se félicitant, au passage, de la mise en place du forum social. Qu’il en soit ainsi ! En ce sens qu’au sortir de ce 1er mai, on attend que des lignes bougent. Que le dialogue social annoncé entre le gouvernement et les travailleurs soit véritablement un cadre d’échanges fructueux. Et que, pour paraphraser la ministre Kandia Kamara, les conclusions de ces travaux soient favorables aux travailleurs. Autrement, la célébration de ce 1er mai historique dans la mandature du Dr. Alassane Ouattara aura été un simple coup d’épée dans l’eau. Et Dieu seul sait, combien de travailleurs en pâtiraient. C’est en cela que l’assurance du Premier ministre est louable. Considérant les travailleurs comme l’espoir du pays, il a souligné que ‘‘le gouvernement n’a aucun intérêt à les maintenir dans les souffrances’’.

Proactif, le chef du gouvernement va certainement s’impliquer dans le processus, comme il a déjà fait pour les médecins. En outre, l’installation d’un comité interministériel sur le modèle de 1989, présidé alors par le président Ouattara, tel que souhaité par une partie des syndicalistes, constitue une autre bouée de sauvetage pour ce climat social en ébullition.
MARTIAL GALE

Le Mandat

Une vidéo de l'ACSCI pour votre réflexion du jour   


 
 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prohaines vidéos

Repost 0
Published by Seth Koko Côte d'Ivoire - dans ivoire développement
commenter cet article