Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : ACSCI Côte d'Ivoire
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth Koko Côte d'Ivoire
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote d'Ivoire drapBienvenue sur le site officiel de la représentation ivoirienne de l'ACSCI
Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de la Côte d'Ivoire, contactez-nous à acscicotedivoire@sethkoko-blog.com ou Tel: 00225 55419392         Adressez votre adhésion à M. Roger ZAKO

producteur cacao
Le mot d'ordre du Leader
SETH-KOKO-ETOILE.jpgLa chaine Seth Koko TV


NOTRE SITE EST EN CONSTRUCTION
Pour plus de vidéos, visitez www.sethkoko-blog.com
3099120Visiter le site officiel de Seth Koko
Budapest---le-Parlemen.jpgLe site de l'ACSCI Hongrie
la TourLe site de l'ACSCI  France
 Moskva cityLe site de l'ACSCI Russie 

Recherche

28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 18:55

La commission protestante évangélique a organisé une conférence de presse, le samedi 26 août, au CPE à Cocody. Lors de cette rencontre, le porte-parole de cette commission, révérend Makosso Camille a invité l’Etat à prendre des mesures face aux hommes de Dieu qui s’opposent à l’identification des lieux de prière, une activité menée par la Direction des cultes et l’Institut national de la statistique (Ins) et au pèlerinage chrétien 2012 en Israël. Des actions salutaires qu’il faut selon le conférencier, saluées. Pour lui, « l’identification des lieux cultes et de prières devraient contribuer à l’assainissement de la grande famille protestante évangélique ». C’est pourquoi, « la Commission protestante évangélique demande à l’Etat de prendre ses responsabilités », a-t-il-signalé. Avant d’ajouter que « l’Etat de Côte d’Ivoire veut par ces opérations, mieux échanger avec les religieux tout en décidant de travailler exclusivement avec des interlocuteurs des quatre grands groupes religieux, grande famille catholique, musulman, des églises d’origine ivoirienne et africaine, protestante et évangélique ». Ce, pour selon le Révérend Makosso, « connaitre les lieux de prière affectés lors de la crise pour prendre des mesures d’urgences, découvrir les faux pasteurs qui abusent de la naïveté des fidèles ». Selon lui, ces dissidents veulent voir l’église évangélique demeurer dans la misère et l’engager dans la politique. Il s’insurge aussi, contre ces personnes qui « réclament 2500 places de force à l’Etat exclusivement pour les évangéliques pour le voyage en Israël. Alors qu’ils doivent parler le langage avec les catholiques et autres églises ivoiriennes et africaines », a insisté Makosso Camille. Surtout que « l’Etat n’est pas obligé de financer leur voyage », a-t-il souligné. Il a clos ses propos en félicitant la direction générale des cultes pour la « transparence » dont elle fait preuve et l’égalité avec laquelle elle traite les différentes religions et souhaite qu’elle prenne acte des propositions pour une parfaite organisation des pèlerinages en Israël. Et invite tous les pasteurs et chrétiens ayant versé de l’argent à toute personne se réclamant organisateur de pèlerinage d’apporter au CPE les copies des reçus de paiement le mercredi 29 août prochain, afin qu’une enquête soit ouverte par la police criminelle.

MPK

Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 16:24

AFP - Des milliers de manifestants ont scandé vendredi "Mort à Facebook", "Mort à l'Amérique" au Pakistan et réclamé l'interdiction totale du réseau de socialisation sur internet sur lequel ont été postés des dessins de Mahomet, jugés "blasphématoires" par Islamabad.

Le gouvernement, sur l'injonction d'un tribunal, avait déjà fait bloquer l'accès à Facebook puis YouTube mercredi et jeudi au Pakistan, après qu'un usager eut organisé un concours intitulé "La Journée des dessins de Mahomet".

L'islam interdit strictement toute représentation de son prophète.

Les violentes protestations déclenchées dans nombre de pays musulmans dès 2006 par la publication de caricatures du prophète dans des journaux danois, puis d'autres pays d'Europe, avaient culminé le 2 juin 2008 au Pakistan: un attentat suicide contre l'ambassade du Danemark à Islamabad avait fait huit morts, dont un Danois.

L'attaque avait été revendiquée par Al-Qaïda en représailles à la publication des caricatures. Les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, fief des talibans, sont les principaux sanctuaires du réseau d'Oussama ben Laden.

Parmi de très nombreux dessins postés sur Facebook, des caricatures représentant Mahomet, jugées "blasphématoires" ont été publiées sur ce site dont le siège est situé aux Etats-Unis.

"Mort à Facebook !", "Mort à l'Amérique !", ont scandé quelques centaines de manifestants à Karachi, la gigantesque capitale économique du Pakistan, dans le sud, selon un journaliste de l'AFP sur place. Ils défilaient à l'appel de partis religieux qui exigent l'interdiction "totale" et définitive de Facebook au Pakistan.

Les manifestants ont également brûlé des drapeaux américains.

Les défilés ont été pacifiques sauf à Multan, dans le centre, où des manifestants ont bloqué les rues en brûlant des pneus, avant de se disperser dans le calme.

A Peshawar, la grande ville proche des zones tribales, quelque 250 étudiants ont également hurlé "Mort à Facebook" et "Mort à l'Amérique", a rapporté un correspondant de l'AFP.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 21:31

Soupçonné de polygamie, le Nantais dont l'épouse a écopé d'une amende pour port de niqab au volant pourrait être déchu de sa nationalité. L'opposition dénonce l'instrumentalisation d'un fait divers qui stigmatise la communauté musulmane.

REUTERS - Le ministre de l'Immigration, Eric Besson, n'a pas exclu lundi une adaptation du code civil pour déchoir de leur nationalité des personnes naturalisées françaises et coupables de polygamie et de fraude aux prestations sociales.

Il a reconnu qu'il était "controversé juridiquement", dans l'état actuel des textes, de sanctionner de la sorte un homme dont la polygamie serait avérée, comme le lui a demandé le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, dans l'affaire du conjoint d'une automobiliste verbalisée parce qu'elle portait un voile intégral à Nantes.

"Juridiquement est-ce possible sur la base de l'article 25 du code civil, c'est très controversé, j'ai rencontré hier des experts, certains m'ont dit oui d'autres ont dit non", a déclaré Eric Besson sur RTL.

"Si le peuple français considère qu'on ne peut pas frauder dans ces conditions - polygamie et prestations sociales -, eh bien à ce moment là, sous l'arbitrage du président de la République et du Premier ministre, on pourrait très bien concevoir une évolution législative", a-t-il ajouté.

Il a précisé que le projet de loi sur l'immigration qu'il a présenté en conseil des ministres il y a quelques semaines "pourrait servir de véhicule pour une adaptation législative".

"Le conditionnel est de rigueur, l'arbitrage ne dépend pas de moi", a-t-il souligné.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 21:12

Lors d'un sommet d'entrepreneurs du monde islamique organisé lundi à Washington, le président américain a annoncé une série d'échanges commerciaux avec des pays musulmans, signe de sa volonté de forger de nouveaux liens avec le monde islamique.

AFP - Le président américain Barack Obama a annoncé lundi à Washington lors d'un sommet d'entrepreneurs du monde islamique une série d'échanges commerciaux et liés à l'éducation avec des pays musulmans, signe de sa volonté de forger de nouveaux liens avec le monde islamique.

Le président a prononcé une allocution lors de ce sommet qu'il avait promis d'organiser à l'occasion de son grand discours du Caire en juin dernier, au cours duquel il avait plaidé pour un "nouveau départ" dans les relations entre le monde musulman et l'Amérique.

"En nous écoutant les uns les autres, nous avons été capables de créer des partenariats", s'est félicité M. Obama, notant que le Fonds pour la technologie globale et l'innovation, destiné à soutenir les investissements dans le monde musulman, avait "le potentiel de mobiliser" deux milliards de dollars d'investissements privés.

Le président a également dévoilé une série de partenariats destinés à renforcer les échanges économiques entre les Etats-Unis et les pays musulmans.

La Maison Blanche espère que ce sommet de deux jours contribuera à approfondir les relations en allant au-delà des discussions sur le terrorisme et les conflits, qui ont dominé les échanges diplomatiques entre les Etats-Unis et le monde musulman depuis plusieurs décennies.

En ouvrant cette réunion, le secrétaire américain au Commerce, Gary Locke, a souligné que le soutien au développement économique des pays musulmans serait bénéfique à cette partie du monde, mais aussi à l'économie et à la sécurité des Etats-Unis.

"Plus d'un milliard de personnes vivent aujourd'hui dans un pays à majorité musulmane, et elles représentent un énorme potentiel sous-utilisé dans l'économie mondiale", a-t-il souligné devant les délégués, à qui il a lancé: "il est tout à fait dans l'intérêt de l'Amérique, et aussi du reste du monde, que vous réussissiez".

"Ce n'est pas seulement un exercice de relations publiques ou de diplomatie", avait souligné avant le sommet Ben Rhodes, l'un des principaux conseillers de M. Obama en matière de sécurité nationale. "Pour nous, il s'agit de la première pierre à l'édification de partenariats tangibles dans un domaine crucial".

"Nous ne considérons pas qu'il s'agit d'un substitut à nos efforts concernant la paix au Proche-Orient, la lutte contre le terrorisme ou l'Iran, mais que c'est le moyen d'établir des relations plus complètes", avait expliqué un autre responsable de l'administration américaine avant le sommet.

Environ 250 entrepreneurs participent à l'événement, venus de l'ensemble du monde islamique, où l'image de l'Amérique a été ternie par les guerres d'Irak et d'Afghanistan, le scandale des sévices contre des prisonniers d'Abou Ghraïb ou encore le camp de Guantanamo.

Parmi les invités figurent aussi bien de tous jeunes chefs d'entreprise que des personnalités plus connues, comme l'économiste bangladais Muhammad Yunus, lauréat du prix Nobel pour ses travaux sur le micro-crédit.

Les sondages montrent qu'en dépit de la bonne cote de popularité dont jouit M. Obama dans le monde depuis sa prise de fonction en janvier 2009, les Etats-Unis suscitent toujours la méfiance dans le monde musulman.

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 22:48
Par RFI

Jean-François Copé plaidait pour une proposition de loi contre le port de la burqa, donc pour une initiative parlementaire et le gouvernement a tranché : il présentera lui-même un projet d'interdiction générale dans tout l'espace public. L'interdiction du voile islamique intégral est à l'étude dans d'autres pays européens, comme les Pays-Bas ou la Belgique qui pourrait devenir le premier pays européen à interdire totalement le port du voile islamique intégral, sauf dans la sphère privée.
 

L'Elysée a choisi de laisser l'initiative au gouvernement. Ce sera donc un projet de loi plutôt qu'une proposition. Un projet de loi pour une interdiction générale du port de la burqa, dans tout l'espace public, comme le souhaitaient de nombreux députés et sénateurs, ce qui devrait éviter les déchirements dans la majorité. Plusieurs élus de l'UMP pensaient qu'il y avait d'autres urgences et Jean-François Copé lui-même disait « qu'il avait tout l'orchestre contre lui ».

Là, le gouvernement impose, les élus UMP n'auront qu'à voter. Une façon également de désigner clairement ceux qui sont contre, Martine Aubry en tête qui considère, elle aussi, que ce sujet n'est pas prioritaire. Elle lui préfére, comme le recommandait le Conseil d'Etat, une simple réglementation prohibant les visages masqués dans les services publics, et non spécifiquement le voile.

Le gros inconvénient c'est qu'un projet de loi, à la différence d'une proposition, doit être soumis au conseil d'Etat. Or ce même conseil d'Etat a prévenu : le port de la burqa, du niqab ou de tout voile religieux ne peut être totalement interdit sous peine de porter atteinte aux principes fondamentaux et donc d'encourir une censure au plan français et européen. Un avertissement qui n'a pas fait reculer le chef de l'Etat.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 11:35
Par RFI

575x385 1575686 0 6800 ill-1335339-411a-papeLe chef de l'Eglise catholique a rencontré dimanche 18 avril à Malte des victimes de prêtres pédophiles. Il leur a exprimé « sa honte et son regret » pour ce qu'elles ont enduré comme souffrance. Il aurait même pleuré avec ces victimes, selon l'une d'entre elles. L'entrevue a duré une vingtaine de minutes tout au plus. Le pape a également promis de tout faire pour remettre à la justice les personnes responsables de viols.

Avec notre envoyé spécial à La Valette, Antoine-Marie Izoard

Un climat intense, serein, avec même quelques sourires, c’est ainsi que le père Lombardi, directeur du bureau de presse du Saint-Siège, a défini l’atmosphère de la rencontre de vingt minutes, entre Benoît XVI et un groupe de huit victimes de prêtres et religieux pédophiles à la nonciature apostolique de Malte.

C’est dans une chapelle sans caméra que le pape a rencontré ces hommes, qui avaient réclamé une entrevue. Après un temps de prière silencieuse, Benoît XVI a pris du temps pour écouter chacun de ces hommes.

Officiellement, le Vatican a ensuite fait savoir que le pape avait fait part de « sa honte et de son regret » pour les actes de certains prêtres, assurant aussi que l’Eglise entendait mener devant la justice ceux qui sont responsables d’abus. Une des victimes a avoué avoir pleuré, lors de cette rencontre émouvante, jugeant que le pape avait semblé très touché par le récit de chaque victime.

Ce rendez-vous n’était pas officiellement inscrit au programme du bref déplacement du pape à Malte. Il était cependant très attendu, au milieu d’une crise sans précédent pour l’Eglise. Pour autant, c’est la troisième fois de son Pontificat, que le pape allemand participait à ce type de rencontre, après les Etats-Unis et l’Australie, en avril puis en juillet 2008. Jean-Paul II, lui, n’avait jamais rencontré de victimes de prêtres ou religieux pédophiles.

Partager cet article
Repost0